Résumé

Le biosimilaire du trastuzumab ABP 980 est aussi sûr que le produit de référence en termes de toxicité cardiaque chez les patients inclus dans l’étude LILAC à long terme

Titre de l’article : Innocuité cardiaque du biosimilaire du trastuzumab ABP 980 chez les femmes atteintes d’un cancer du sein précoce HER2-positif dans l’étude LILAC randomisée, à double insu et à contrôle actif

Citation : Kolberg H-C et al. Drug Safety 2020;43:233–42

Date de publication : Janvier 2020

Date de publication du résumé : août 2021
La cardiotoxicité est la limitation la plus importante dans l’application du trastuzumab et l’un des paramètres les plus importants à surveiller lors de l’évaluation de l’innocuité d’un biosimilaire du trastuzumab.

Le trastuzumab (Herceptin®) est le traitement de référence pour les personnes atteintes d’un cancer du sein précoce et métastatique et d’un cancer gastrique métastatique surexprimant le récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain (HER2). L’essai LILAC de phase III a démontré que l’ABP 980 avait une biosimilarité avec le produit de référence (PR) du trastuzumab chez les femmes atteintes d’un cancer du sein précoce HER2-positif, sans différence cliniquement significative entre les deux produits. Sur la base de l’ensemble des preuves, l’ABP 980 a été approuvé par l’Agence européenne des médicaments (EMA), puis par la FDA, pour les mêmes indications que le PR trastuzumab.

La toxicité cardiaque est une préoccupation rare, mais grave avec le trastuzumab, peut-être liée au blocage du HER2. Dans l’étude LILAC, les patients ont été randomisés pour recevoir de l’ABP 980 néoadjuvant ou le PR trastuzumab pendant 4 cycles avant la résection chirurgicale, et un traitement de consolidation avec l’un ou l’autre médicament administré toutes les 3 semaines jusqu’à 1 an par la suite. Pour surveiller l’innocuité cardiaque, un électrocardiogramme et un échocardiogramme 2D ont été réalisés lors de chaque visite.

Dans l’ensemble, aucune baisse marquée de la fraction d’éjection ventriculaire gauche (FEVG) n’a été observée. Chez les patients qui ont reçu l’ABP 980 ou le PR trastuzumab tout au long de l’étude et ceux qui sont passés du PR trastuzumab à l’ABP 980 dans la phase adjuvante (postopératoire), une baisse de la FEVG (10 à 50 %) a été observée dans 2,8 %, 3,3 % et 3,5 % de patients, respectivement. Il n’y avait pas de différences significatives entre les groupes de traitement. De plus, l’incidence de l’insuffisance cardiaque était comparable entre les trois groupes : 2,2 %, 0,5 % et 1,2 %, respectivement. La majorité des cas de baisse de la FEVG étaient asymptomatiques, et la plupart des patients présentant une baisse de la FEVG au cours de l’étude d’un an présentaient des problèmes cardiovasculaires préexistants au départ, notamment une hypertension et des arythmies. La plupart des rapports d’insuffisance cardiaque étaient de grade 1 ou 2, bien qu’aucun n’ait été classé comme événement indésirable grave.

L’étude LILAC a révélé une faible incidence de toxicité cardiaque après un traitement d’un an avec le biosimilaire du trastuzumab ABP 980, sans différence cliniquement significative dans le taux de baisse de la FEVG entre les groupes de traitement. La cardiotoxicité est la limitation la plus importante dans l’application du trastuzumab. Par conséquent, le profil d’innocuité et de tolérance acceptable observé dans cette étude suggère que l’ABP 980 peut être un choix utile chez les patients commençant le traitement ou lorsqu’ils envisagent un changement après le PR trastuzumab.

Principaux éléments à retenir

Le trastuzumab est le traitement de référence des cancers exprimant HER2, bien qu’il soit associé à un risque accru de toxicité cardiaque. Le biosimilaire, ABP 980, a démontré une biosimilarité avec le produit de référence, ce qui suggère qu’il n’y a pas de risque accru lié au passage au biosimilaire du trastuzumab.