Résumé

Améliorer les soins de soutien : leçons que nous pouvons tirer de l’introduction des biosimilaires dans les soins de santé généraux

Titre de l’article : Biosimilaires en soins de soutien

Citation : Foreman E. Curr Opin Oncol 2020;32:282–8. doi : 10.1097/CCO.0000000000000631

Date de publication : Juillet 2020

Date de publication du résumé : août 2021
Plusieurs efforts ont été déployés pour améliorer l’accès aux biosimilaires et réaliser des économies de coûts pour les soins de santé. Cet examen analyse certaines de ces initiatives récentes.

L’utilisation des biosimilaires devrait augmenter de manière significative chez les patients atteints de cancer nécessitant des soins de soutien. Cependant, plusieurs défis à la mise en œuvre des biosimilaires dans la pratique clinique demeurent.

L’époétine-α est un agent stimulant l’érythropoïèse (ASE) qui améliore les taux d’hémoglobine chez les patients recevant une chimiothérapie et réduit leur besoin de transfusions sanguines. Depuis le lancement du premier biosimilaire de l’époétine-α en Europe en 2007, de nombreuses versions de biosimilaires à courte et longue durée d’action de ce médicament ont été mises à disposition dans le monde, avec des degrés d’efficacité apparemment similaires. L’introduction de biosimilaires d’ASE et les réductions de coûts conséquentes pour ces médicaments au Royaume-Uni ont conduit le National Institute for Health and Care Excellence (NICE) à revoir sa position sur leur rapport coût-efficacité et à les approuver par la suite pour un remboursement par le NHS en 2014. De même, les versions des biosimilaires du filgrastim sont désormais acceptées et largement utilisées en Europe et aux États-Unis.

Malgré les avantages connus de l’adoption des biosimilaires dans la pratique oncologique, un manque de confiance perdure chez les prescripteurs. Parmi les domaines dans lesquels les professionnels de la santé déclarent avoir des lacunes au niveau de leurs connaissances, on trouve les processus d’approbation des biosimilaires, la pharmacovigilance et les concepts d’extrapolation et d’interchangeabilité. Les patients, les soignants et le grand public peuvent également ne pas accepter les biosimilaires. Par conséquent, des ressources éducatives de bonne qualité pour les professionnels de la santé et les patients ont été mises à disposition par un certain nombre d’organismes, notamment des sociétés professionnelles et des organisations gouvernementales, ainsi qu’une collecte et une diffusion continues de données de pharmacovigilance et de pharmacoéconomie.

Les différences dans la façon dont les biosimilaires sont commandés et remboursés peuvent également influencer l’adoption. Les politiques de santé qui encouragent la concurrence et la tarification durable, telles que les programmes de soins basés sur la valeur, garantissent que les fabricants continuent d’investir sur le marché des biosimilaires. Le projet britannique Cancer Vanguard fournit un bon exemple d’initiative visant à accélérer l’adoption des biosimilaires, dans ce cas, le rituximab. Ce projet, qui comprenait l’engagement des parties prenantes et du matériel pédagogique, des incitations financières et des objectifs de mise en œuvre, a permis au biosimilaire de l’infliximab d’atteindre 90 % de part de marché en 12 mois.

De toute évidence, pour améliorer l’accès aux biosimilaires dans les soins de soutien, plusieurs obstacles existants doivent être surmontés. Il s’agit notamment d’une normalisation accrue de la réglementation, de la mise en service et du remboursement, d’une meilleure disponibilité des produits et, surtout, d’une meilleure compréhension de l’utilité générale des biosimilaires.

Principaux éléments à retenir

Les prescripteurs et les patients manquent souvent de connaissances sur les biosimilaires, ce qui réduit leur acceptation dans les soins cliniques. Il existe des lacunes au niveau des connaissances dans plusieurs domaines (p. ex. les processus d’approbation, la pharmacovigilance, l’extrapolation et l’interchangeabilité) qui doivent être comblées avant que l’adoption n’augmente. Les politiques de santé incitant à la concurrence et à des prix durables garantissent que les fabricants continuent d’investir sur le marché des biosimilaires.