Résumé

Le dernier examen des politiques insiste sur le besoin de lancements plus efficaces des biosimilaires

Titre de l’article : Améliorer les lancements de produits biosimilaires en oncologie dans l’UE, aux États-Unis et au Japon : un examen des politiques mis à jour du Southern Network on Adverse Reactions

Citation : Bennett CL et al. Lancet Oncol 2020;21:e575–88

Date de publication : décembre 2020

Date de publication du résumé : août 2021
De nos jours, près d’un tiers des nouvelles autorisations de médicaments anticancéreux concernent des produits biologiques… et la plupart d’entre eux sont des biosimilaires. Compte tenu de cela, un examen des politiques mis à jour publié dans The Lancet Oncology fournit une analyse des obstacles potentiels à l’accès au marché pour les nouveaux biosimilaires et suggère des moyens de les surmonter.

Lorsque les produits biologiques ne bénéficient plus d’une protection par brevet, le déploiement des biosimilaires se produit rapidement. Cependant, depuis que les biosimilaires sont disponibles, des problèmes de qualité ont provoqué un rejet initial par l’EMA de près d’une nouvelle demande d’autorisation sur 10. La FDA en a rejeté près de la moitié (44 %) et l’Agence japonaise des produits pharmaceutiques et des dispositifs médicaux (PMDA) n’en a rejeté aucune jusqu’à présent, mais elle a reçu beaucoup moins de pétitions.

Dans l’UE, les directives réglementaires et la tolérance au risque sont plus clémentes qu’aux États-Unis, pays particulièrement sévère quant à l’extrapolation des demandes d’indications, c’est-à-dire l’autorisation réglementaire d’un biosimilaire dans les mêmes contextes que le produit biologique princeps. Cette restriction ne soutient clairement pas la concurrence sur le marché des biosimilaires et devrait être traitée par la législation fédérale. Aux États-Unis également, aucun produit biosimilaire n’a reçu de désignation d’interchangeabilité. Par conséquent, les biosimilaires ne peuvent pas être substitués au niveau des pharmacies. La substitution automatique est également interdite au Japon, bien que la pratique soit répandue dans l’UE. Le Japon est invité à emboîter le pas et à libéraliser sa politique.

Les litiges en matière de brevets aux États-Unis peuvent décourager la commercialisation, même celle de biosimilaires approuvés, bien que cette tendance semble moins apparente dans l’UE et au Japon. Pour réduire les contestations de brevets, il est suggéré que les règlements soient effectués par le biais d’examens inter partes qui coûtent des centaines de milliers de dollars par rapport aux millions de dollars versés lors de poursuites judiciaires.

Les fausses idées sur l’innocuité et l’efficacité réduites des biosimilaires par rapport aux produits biologiques de référence sont connues pour réduire l’adoption des biosimilaires sur le marché. Des efforts supplémentaires devraient être menés pour réduire les comportements anticoncurrentiels tels que la diffusion d’informations trompeuses par les fabricants de produits biologiques et, pour des sources influentes telles que l’American Society of Clinical Oncology (ASCO), la Société européenne d’oncologie médicale (ESMO) et le ministère japonais de la Santé, améliorer l’éducation impartiale des professionnels et de la société sur les biosimilaires.

Le prix des biosimilaires tel que déterminé par les systèmes de santé de l’UE, des États-Unis et du Japon varie : dans chaque région, les remises par rapport au coût des produits biologiques princeps se situent entre 10 et 30 % environ. Cependant, les remises et les positions privilégiées dans les listes de produits remboursés font souvent des produits biologiques l’option la moins chère. Des déterminations progressives du rapport coût-efficacité et des initiatives telles que la réduction des accords de report d’entrée et la transparence des accords de prix sont nécessaires pour renforcer davantage la concurrence et l’abordabilité des biosimilaires.

Principaux éléments à retenir

La désinformation et les idées fausses concernant l’innocuité et l’efficacité des biosimilaires doivent être traitées rapidement, tandis que les comportements anticoncurrentiels des sociétés pharmaceutiques doivent être réduits. La transparence sur les prix, les remises et les déterminations du rapport coût-efficacité est nécessaire pour améliorer la concurrence et l’abordabilité des biosimilaires.