Résumé

Une étude établit que l’équivalence thérapeutique du biosimilaire du rituximab pourrait générer des économies annuelles de 150 millions € et permettre à 12 000 patients supplémentaires atteints de lymphome à cellules B d’y accéder

Titre de l’article: Efficacy, pharmacokinetics, and safety of the biosimilar CT-P10 in comparison with rituximab in patients with previously untreated low-tumour-burden follicular lymphoma: a randomised, double-blind, parallel-group, phase 3 trial

Auteurs: Ogura M et al. Lancet Haematol. 2018 ;5 ;e543-e553

Date de publication: Novembre 2018

L’adoption généralisée d’un biosimilaire du rituximab pourrait avoir des effets positifs considérables aussi bien sur les budgets de santé qu’au niveau sociétal.

Le rituximab est un anticorps monoclonal qui se lie à la protéine CD20 à la surface des cellules B normales et malignes, induisant leur destruction à médiation immunitaire. Il est utilisé pour traiter les lymphomes à cellules B, notamment le lymphome folliculaire. Comme tous les produits biologiques contre le cancer, le rituximab est associé à des prix de traitement élevés. Inversement, les biosimilaires ont généralement un prix de 20 à 30 % inférieur à celui des produits princeps et leur caractère accessible se traduit par un nombre plus élevé de patients pouvant recevoir ces traitements. Le CT-P10 (Truxima®) est le premier biosimilaire du rituximab à avoir été homologué ; il présente des attributs structurels et physicochimiques ainsi qu’une activité biologique identiques et il a été homologué pour les mêmes indications. Cette étude de phase III avait pour objectif d’établir l’équivalence thérapeutique du CT-P10 et du rituximab chez les patients présentant un diagnostic de lymphome folliculaire CD20+.

Résultats

Sur une période d’observation de 7 mois, une réponse globale a été observée chez 83 % des patients traités au CT-P10 et 81 % de ceux recevant du rituximab, suggérant une équivalence thérapeutique entre les deux groupes. Pratiquement le même nombre d’effets indésirables a été déclaré en cours de traitement pour le CT-P10 et le rituximab ; il s’agissait dans la plupart des cas de réactions liées à la perfusion. Aucune nouvelle conclusion imprévue en matière d’innocuité n’a été tirée.

Le biosimilaire CT-P10 est équivalent, en termes thérapeutiques au rituximab chez les patients atteints de lymphome folliculaire. Avec une analyse d’impact budgétaire suggérant que l’introduction du biosimilaire du rituximab pourrait permettre aux systèmes de santé de l’UE d’économiser jusqu’à 150 millions d’€ par an, la disponibilité du CT-P10 devrait grandement améliorer l’accès des patients à ce traitement révolutionnaire.

Principaux éléments à retenir

Le biosimilaire du rituximab, le CT-P10, a démontré sa biosimilarité avec le produit de référence, causant également des niveaux similaires d’effets indésirables. Le coût réduit du biosimilaire du rituximab générerait des économies considérables pour les systèmes de santé et serait susceptible d’améliorer l’accès des patients au traitement.

Résumés associés